La fabrication des panneaux solaires photovoltaiques (PV) est une activité industrielle très polluante, mais on considère généralement que cette « dette environnementale » est rapidement remboursée par les économies d'énergie fossiles qui découlent de leur utilisation. Or, nous apprend une étude récente publiée dans Low Tech Magazine, rien n'est moins sûr. La migration de cette industrie vers la Chine a complètement changé la donne et le bilan carbone du PV est largement négatif.

La Martinique va accueillir cette première centrale électrique nouvelle génération utilisant les couches profondes des océans. L'Union européenne vient de décider l'octroi de 72 millions d'euros pour aider à  la réalisation du projet NEMO, soit "New Energies for Martinique and Overseas". NEMO est une centrale flottante exploitant l'énergie thermique des mers (ETM). Construite par la DCNS (ex direction de la construction navale à  Cherbourg) et le développeur de projet akuo energy, cette centrale de 16 MW pourra fournir les besoins de 35.000 foyers.